28/08/2006

Mister Mike...

Bon voilà, les votes ont débuté pour le concours persoweb dans lequel Vox est nominé. Si vous voulez voter pour nous, c'est par ici

Dans un autre registre, nous sommes dans les starting blocks. Il faut bien commencer l'année. Ca tombe bien parce que pendant les vacances, j'ai eu la chance de longuement rencontrer Mike Patton (oui, il y en a qui ont de la chance). Et là, je réécoute tous ses projets, toutes ses collaborations. Pour la première de Vox, on va s'en mettre plein les oreilles. Alors, comme ce blog ouvre aussi lescommentaires. Pourquoi Mike Patton est il tellement génial? Quel est son meilleur projet, son plus beau morceau???? Allez-y, participez! Et vos idées seront dans Vox.

A votre avis, Oxford, c'est à combien de kilomètres de Kingston?

15:44 Écrit par J dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : mike patton, vox, persoweb |  Facebook |

Commentaires

Il faut l'avoir vu en concert Difficile de mesurer l'aura de son talent, si vous n'avez pas Mike Patton en concert. C'est un artiste au vrai sens du terme. Il a une maîtrise vocale qui lui permet de faire à peu près ce qu'il veut. Il peut passer des hurlements les plus sauvages à une voix de contre-alto d'une mesure à l'autre. (Bon ok contre-alto n'est p-ê pas le terme exact mais disons une voix très haut perchée :) En live, c'est un cheval indomptable qui désarçonne ses plus fidèles fans. Le résultat est que tout ce qu'il peut très bien reprendre un tube (Easy Like a Sunday Morning) et y apporter quelques chose comme il peut surprendre ses plus fidèles fan. Très éclectique, il se remet en cause très souvent et multiplie les collaborations fructueuses dans beaucoup les genres musicaux. Il prend des risques et s'amuse avant tout. Il ne s'est jamais enfermé dans "une" image de chanteur sur laquelle il a construit son fond de commerce. C'est un OVNI.

Écrit par : Francois | 29/08/2006

Pattonades J'aime beaucoup son nouveau projet, Moonchild, mené habilement par son grand ami John Zorn et accompagné entre autres par Trevor Dunn.
http://www.myspace.com/pattonmoonchild

peut être que l'oeuvre la moins intéressante de Patton est sa collaboration avec Rahzel, on dirait que la sauce ne prend pas...

Écrit par : Maxime | 03/09/2006

La monomaniaque de Miiike revient… Eh bien encore une page que je découvre terriblement tardivement, mais j'espère que la fête n'est pas finie ! Jérôme, la simplicité de tes questions n'est qu'apparente : comment expliquer le génie de Patton en quelques lignes ? Quel boulot, mes aïeux, wouahou !
Il y a quelques semaines à peine, un exercice réalisé dans le cadre d'un bilan de compétences me demandait de citer cinq personnes que j'admirais. J'ai peiné à trouver les quatre autres, mais youpi, j'ai réussi, l'honneur est sauf ! Naturellement, Miiike a été évoqué au premier chef, au grand étonnement de mon consultant (les yeux comme des soucoupes, il ne le connaissait pas et s'attendait à ce que je sorte un truc comme Bill Gates, rapport à la réussite professionnelle…), et au mien d'ailleurs (qui aurait cru que j'aurais pu parler de Patton à cette occasion ? ARF).
Talent, travail, charisme. Ce sont les trois mots qui me viennent à l'esprit lorsque l'on évoque Mike Patton. Je n'aime pas trop parler de "génie"... Il y a forcément quelque chose derrière ce terme, et je pense que c'est ce qu'il faut chercher si l'on veut essayer de comprendre un artiste.
Véritable "éponge à courants musicaux" (si, si, je vous rassure, dans ma bouche l'image est un éloge…), Patton sait en tirer le meilleur, en saisir les nuances, pour les recomposer dans des créations tout à fait personnelles. Il vous emmène dans des ambiances que, seuls, vous n'auriez pas obligatoirement visitées. Il distille tour à tour l'angoisse, la peur, la colère, la folie, mais peut aussi vous entraîner dans des morceaux doucereux, suaves, voire sensuels. Sa tessiture, couvrant des octaves entiers, lui permet en outre de jouer sur les effets de surprise qu'il apprécie tant, contribuant à qualifier partout l'homme de véritable "schizophrène". Schizophrène ? Mouaip… Je dirais plutôt "cyclothymique", pour ma part, mais n'entrons pas davantage dans le portrait psychiatrique…
Connu pour être une bête de travail, on le sait très exigeant avec lui-même, ses musiciens, mais à ce niveau de subtilité, qui se permettrait de le lui reprocher ? L'exercice est rude, dangereux même : bon nombre d'artistes s'y sont essayé, et combien n'en ont sorti qu'une succession de soupes inaudibles et exaspérantes ?.. Les non-patonniens pensent encore qu'en concert, Fantômas improvise. C'est tout le contraire ! On le sait, nous, mais vous avouerez qu'il en faut, du travail, pour qu'une interprétation en live persuade le public du contraire !
Son charisme, enfin. Intelligent, vif, rigoureux (je vous épargne le coup de l'œil vif et du poil brillant, hein, sinon pauvres toutous, que leur resterait-il ? LOL), Patton est également… attirant. Eh oui, on y revient encore… Il sait capter l'attention, surprendre, étonner. Il n'est jamais là où on l'attend, peut même parfois aller jusqu'à nous faire esthétiquement tourner en bourriques, et c'est cela qu'on aime. Si l'on savait à l'avance ce qu'il nous réserve, où serait l'intérêt ? Où serait le trait de… génie ? Patton est tout sauf évident, c'est précisément ce qui le rend si séduisant aux yeux de son public. Doté d'un solide sens de l'humour, aussi, il use de petites touches cyniques où il faut et au moment où il le faut, et de petites allusions sonores plus ou moins cachées : j'ai en mémoire du Chostakovitch dans l'album Angel Dust, des cartoons que tout le monde connaît dans Suspended Animation, j'en passe…
En un mot, j'adooore !
L'antithèse, maintenant… Bah oui, si on aime tout chez quelqu'un, méfiance : c'est peut-être un piège ! Bof, pas grand chose à mettre dans ce paragraphe, malgré tout ! Si : même prise au 50e degré, j'ai du mal avec la vulgarité... Demander au public de l'Elysée-Montmartre de faire des doigts d'honneur pour scander "Don't Even Trip", c'était en trop. OK c'est de l'humour, OK ça va avec les paroles, OK il faut pendre un peu de distance et se laisser aller, mais honnêtement je n'ai pas suivi. C'est comme tout le passif de Miiike dans ce domaine, ses frasques avec Faith No More :ça ne cadre pas très bien avec les prouesses techniques et la finesse du personnage… Je l'en croyais sorti, il faut croire que ce n'est pas encore tout à fait le cas. Un autre bémol ? Certaines personnes de mon entourage critiquent le fait que les concerts ne diffèrent pas vraiment de ce que l'on entend sur les CDs… Personnellement, ça ne me gêne pas trop, même si, sur des morceaux comme ceux de Peeping Tom, le grand Mike pouvait effectuer quelques variations… Le format des chansons le permettait, c'est vraiment dommage. Troisième et dernière remarque : les concerts de Patton sont définitivement trop courts ! J'ai lu sur le net que ce n'était pas de sa faute, ce sont les salles de spectacles dans lesquelles il passe qui ferment tôt. Alors qu'à cela ne tienne, Mike : réduis la durée de tes premières parties !
Quant aux projets et morceaux que je préfère… Le choix est tellement vaste et concerne tant de styles différents que j'ai bien du mal à répondre… Faith No More et Fantômas. Caffeine pour son rythme (un trois-temps appuyé sur le 3e, c'est peu banal, ça fait beaucoup penser à la Valse de Ravel), Jizzlobber et Crack Hitler dont j'aime les fins respectives, Ugly in the Morning (drôle), King for a Day (c'est incroyable le nombre de fois où Patton répète "don't let me die with that silly look in my eyes", et à chaque fois d'une manière différente !), Paths of Glory (là aussi, j'adore ce côté lancinant, très… sexy, on dira ça comme ça), I won't Forget you (même aspect lancinant), j'en passe… Fantômas, c'est plus difficile, les titres et moi ça fait quatre ! Twin Peaks en premier, pour tout ce que j'ai dit sur mon autre post. Beaucoup de bons moments dans Delirium Cordia et Suspended Animation, mais aussi dans les autres albums.
Allez j'arrête là, j'y passerais la nuit ! LOL
Parler de Patton me fait le même effet que lorsque je sens mijoter depuis des heures un bon petit bœuf bourguignon : ça me met l'eau à la bouche ! D'ailleurs mes CD m'attendent…
Bonne soirée et désolée pour la plâtrée de texte !
Amicalement

PS : Pour les distances entre les villes, je n'ai pas réfléchi, mais tu as ce lien http://www.lexilogos.com/calcul_distances.htm . Bien pratique, non ? LOL

Écrit par : Tomahna | 14/11/2006

FENNESZ & MIKE PATTON (A / USA), TRANSFENSCH (Fr) Depuis Faith No More, Mr. Bungle et autre Fantomas, le fantasque Mike Patton est devenu une icône forcenée de la musique, mais pas que. Artiste aux multiples talents, chanteur, compositeur et acteur, le californien a marqué de sa griffe unique ces divers paysages artistiques. Egrainant les collaborations avec des noms aussi célèbres que Bjork, Massive Attack ou encore Norah Jones, l’ancien lead-singer du groupe Faith No More, le quintet san-franciscain de métal alternatif dont il était le chanteur surdoué, a su évoluer, multipliant sans arrêt les projets et collaborations vocales de tout ordre. Après tout, quoi de plus normal pour cette voix caméléon ? Du chant gospel aux onomatopées d'aliéné, ses cordes vocales sont depuis longtemps passées à la postérité. Au point que Mike Patton est l'une des figures les plus prolifiques du rock indépendant, initiant une quantité déroutante de projets ou d’enregistrements. Dernier en date, son travail avec Christian Fennesz, viennois passé maître dans l’electronica, l’ordinateur portable et les expériences collectives. Compositions luxuriantes et lumineuses loin d’être des expérimentations digitales et stériles ont fait de Christian Fennesz une référence incontournable, un leader charismatique du monde de l’électronique, à l’instar d’un Brian Eno dans les années 70. Bref, lorsque deux monstres se rencontrent, qu’est-ce qu’ils se racontent ? Côté Transfensch, on élabore une musique jouant sur la combinaison d’univers sonores inspirés par la culture cyber-média, oscillant entre le math-métal et l’électro-psyché. Par delà les styles et les normes, Transfensch crée sa propre expérimentation qui unie un public hétérogène découvrant ce qu’ils appellent la GEEK MUSIK (soit de l’electro trash psyché, NDLR).
Mercredi 30 mai à 20h30 à la Kulturfabrik. 116, rue de Luxembourg, L-4221 Esch-sur-Alzette, Luxembourg. (Pré-ventes (Fnac, Ticketnet, e-ticket.lu, mocom.lu...) : 20 euros / Sur place : 22 euros / Ouverture des portes : 19h30)

Écrit par : richard | 26/04/2007

Hallo webgemeinde!
helft mir mal, ich suche florian grotehans, hab gehört das seine firmen pleite sein sollen.

Habe vor x jahren ein handy bei einer firma von florian grotehans aus bad hersfeld gekauft. Hab grosse probleme damit und versuche den zu erreichen.

Nun habe ich gesehen dass die pleite sein sollen:

Geschäfts-Nr.: 11 IN 23/07 Am 26.10.2007 um 10:15 Uhr ist das Insolvenzverfahren eröffnet worden über das Vermögen der T-C-H Service GmbH & Co. KG mit Sitz in Dresden und dem Mittelpunkt der wirtschaftlichen Tätigkeit in Bad Hersfeld, Breitenstraße 37, 36251 Bad Hersfeld (AG Dresden, HRA 5714), vertr. d.: 1. TCH Vermögensverwaltungs GmbH, (persönlich haftende Gesellschafterin), vertr. d.: 1.1. Florian Grotehans, geboren 1982, Am Baumgarten 12, 36251 Bad Hersfeld, (Geschäftsführer). Insolvenzverwalter ist: Rechtsanwalt Dr. Frank Kreuznacht, Untermarkt 23, 99974 Mühlhausen, Tel.: 03601/88920, Fax: 03601/889211, E-Mail: Rechtsanwaelte@dr-wiengarten.de. Anmeldefrist: 17.12.2007.

Erreiche da niemanden, ans Handy geht der nicht. Habe nun auch gehört das gegen den wegen Betrug ermittelt wird.

Kann mir jemand helfen? Wie erreiche ich den?

Danke schonmal!!

Écrit par : ifrogmolan | 06/12/2011

Hallo webgemeinde!
helft mir mal, ich suche florian grotehans, hab gehört das seine firmen pleite sein sollen.

Habe vor x jahren ein handy bei einer firma von florian grotehans aus bad hersfeld gekauft. Hab grosse probleme damit und versuche den zu erreichen.

Nun habe ich gesehen dass die pleite sein sollen:

Geschäfts-Nr.: 11 IN 23/07 Am 26.10.2007 um 10:15 Uhr ist das Insolvenzverfahren eröffnet worden über das Vermögen der T-C-H Service GmbH & Co. KG mit Sitz in Dresden und dem Mittelpunkt der wirtschaftlichen Tätigkeit in Bad Hersfeld, Breitenstraße 37, 36251 Bad Hersfeld (AG Dresden, HRA 5714), vertr. d.: 1. TCH Vermögensverwaltungs GmbH, (persönlich haftende Gesellschafterin), vertr. d.: 1.1. Florian Grotehans, geboren 1982, Am Baumgarten 12, 36251 Bad Hersfeld, (Geschäftsführer). Insolvenzverwalter ist: Rechtsanwalt Dr. Frank Kreuznacht, Untermarkt 23, 99974 Mühlhausen, Tel.: 03601/88920, Fax: 03601/889211, E-Mail: Rechtsanwaelte@dr-wiengarten.de. Anmeldefrist: 17.12.2007.

Erreiche da niemanden, ans Handy geht der nicht. Habe nun auch gehört das gegen den wegen Betrug ermittelt wird.

Kann mir jemand helfen? Wie erreiche ich den?

Danke schonmal!!

Écrit par : ifrogmolan | 06/12/2011

Les commentaires sont fermés.